Ce blog est parfois au second degré, merci de ne pas tout prendre littéralement et d'en tenir compte si vous devez laisser des commentaires.

lundi 24 novembre 2014

SORAL GATE

Je suis profondément navré (au sens littéral du terme) par le « Soral Gate » aux relents Strauss-Kahnniens qui secoue actuellement le landernau numérique et qui risque fort de sonner le glas d’une tentative louable mais naïve d’associer la carpe et le lapin dans un combat unitaire contre un ennemi commun.

L’affaire en elle-même, pour sordide qu’elle soit, ne me concerne pas, sinon en raison de ses conséquences prévisibles. Je dirais juste que j’ai suffisamment d’heures de vol en DAO pour savoir que si la photo du nu (peu) "artistique" incriminé est un montage, c’est particulièrement bien fait, ce qui n’est pas généralement la marque de fabrique de ceux qui utilisent ce genre de méthode (quand on prend les gens pour des cons, il semble superfétatoire de faire, en plus, dans la finesse). J’espère me tromper, mais la mollesse, dans sa défense, d’un Soral qu’on a connu plus réactif, donne à penser qu’il y a, pour le moins, une part de vérité dans ce qui lui est reproché et que, comme beaucoup, incrédule au début, j’ai d’abord pris pour un simple canular (non pas en raison de la nature des faits, mais de la naïveté que cela suppose).

Il ne faut pas pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain et cela n’invalide en rien ses analyses qui demeurent brillantes et que nul, à ce jour, à ma connaissance, n’a pu contrer de façon argumentative, logique et factuelle. Les deux seules critiques que j’ai toujours eues à son encontre, et les faits semblent me donner raison, sont son comportement et ses conclusions sur la «réconciliation».

Cette habitude déplorable de frapper sous la ceinture en évoquant la vie privée des gens (« j’ai couché avec ta femme », « il s’est vanté d’être l’amant de Marine », « sa femme se faisait prendre en levrette dans des films », ...) ne saurait être justifiée que lorsque lesdites personnes trompent les gens en faisant spécifiquement leur fonds de commerce de leur exemplarité morale, ou lorsque ladite vie privée touche de près ou de loin à la pédophilie. Dans ces cas, ce serait même un devoir. En revanche, le recours mesquin à ces procédés pour des raisons d’égo ou de représailles expose son auteur, en boomerang, à cette « justice immanente » que Soral évoque souvent en oubliant qu’il peut la subir  comme les autres.

Concernant la main tendue aux maghrébins (le côté musulman n’étant, selon moi, pour la France en tout cas, qu’une circonstance aggravante d’une « non miscibilité » factuelle et pas le fond du problème), j’ai déjà essayé et j’ai pu constater, empiriquement que, dès qu’ils sont en position de force, même s'ils n'ont pas, il est vrai, le monopole de la pratique, ils mordent sans une once d’hésitation la main qui les a secourus. Cela m’est arrivé deux fois et cela ne m’arrivera pas trois. Il y a très certainement des exceptions, mais, au cas particulier, je pose une question : « qui sont ceux qui, après avoir utilisé sans réserves ni limitations la locomotive Soral pour se mettre sur les rails, lui crachent actuellement dessus dans une unité confondante ?  Avec qui font-ils front commun dans ce lynchage ?»

Dans ces conditions continuer à prôner la « réconciliation » avec les Magrébins relèverait au mieux du masochisme, au pire de l’escroquerie. En revanche des alliances honnêtes et ponctuelles avec eux et toutes les autres minorités restent envisageables lorsqu’à l’instar d’un Kemi Seba (qui lui, a été exemplaire quant à ses commentaires sur cette affaire) ils prôneront sincèrement le retour au pays, prendront leur destin en main et laisseront leur mentalité d'assistés parasites au vestiaire.

Je vais être franc ("français" vient de là), tant que les intérêts de la France ne sont pas en jeu, Israël peut massacrer autant de palestiniens qu’il le veut, ce n’est pas mon problème et si demain, à l’inverse, ledit Israël était rayé de la carte ça ne m’empêcherait pas non plus de reprendre du dessert, de même si Ebola ramenait la population de l’Afrique au niveau de la Principauté de Monaco.

Je n’en tirerais, cela va sans dire, aucune satisfaction non plus. Parallèlement, il est évident que l’immense majorité des gens concernés par les différentes exterminations citées se foutent comme de leur première chemise de la survie de la France et des Français, et c’est normal. D’ailleurs, contrairement à moi, ils peuvent le dire, chez eux, sans que des concitoyens débiles poussent des cris de vierge effarouchée au nom des droits de l’homme.

Je comprends ce que Soral a essayé de faire avec son association et ça valait le coup d'être tenté, mais ça n'a pas marché. De toute façon, de même que, dans un incendie, le danger immédiat, ce n’est plus celui qui a jeté l’allumette, mais le feu lui-même, notre principal ennemi à cet instant T, ce n’est pas le Maghrébin islamiste, la rappeur noir, le juif manipulateur ou autre cliché de ce genre, mais bien le bobo lobotomisé, avec droit de vote, qui scie la branche sur laquelle il est assis et rêve d’un pays multiculturel ou tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil mais dans lequel il n’y aura pas trop de noirs dans l’école de ses enfants et où sa fille ne se convertira pas à l’Islam en épousant un musulman au chômage...

C'est lui qu'il va falloir secouer d'urgence pour le faire descendre de son nuage délétère si nous voulons survivre  et, dans cette optique, un Zemmour est, aujourd'hui, plus pertinent qu'un Soral.
 

jeudi 2 octobre 2014

Soral vs Chauprade


En introduction, je soulignerai que je n’ai aucune qualification particulière me donnant autorité pour trancher dans ce débat, mais comme tout bon Français qui se respecte j’ai des avis sur tout, même quand je n’y connais rien. A ma décharge, quand je vois les conneries que disent et que font les pseudos spécialistes, les politiques et autres énarques, tout scrupule que j’aurais pu avoir en tant que politologue et psychologue du dimanche est instantanément annihilé par le constat de la médiocrité, l’hypocrisie et l’incompétence ambiante.

Je précise également que je ne hais ni n’adule aucun des deux, même si je dois avouer que cela me demande un effort de passer outre leurs personnalités détestables pour me focaliser sur leurs analyses qui sont autrement plus intéressantes. Pour les curieux, chez Soral, je n’aime pas le côté « bombe émotionnelle prête à exploser » et le petit garçon terré en lui toujours prompt à cafter ("j’ai couché avec la femme de Guillon", "Chauprade s’est vanté d’être l’amant de Marine LePen"… la liste est malheureusement longue). Il y a une différence entre être taquin et être mesquin. Je veux bien admettre que ça peut séduire les rescapés du Karcher fantôme des banlieues qui partagent ce type de comportement et que si, dans un jeu, on est le seul à respecter les règles on a toutes les chances de perdre et que donc, pragmatiquement, la chose se justifie. Il n’en demeure pas moins que ça ne le grandit pas. Pareil, au passage, pour Dieudonné qui a une certaine propension à outer ses quenelliers et les foutre dans la merde, juste par ce que ça l’arrange.

Quant à Chauprade, il donne l’impression, à l’inverse, d’être totalement incapable d’empathie. Le genre à transformer les gens en statistiques et à appuyer sans état d’âme sur le bouton rouge si on lui donne les codes. Ses discours sonnent faux et  il boit les applaudissements d’une façon outrancière, visiblement imbu de lui-même à un degré rendant improbable la réalisation d’une auto-critique salutaire,  comme en atteste par ailleurs sa propension à étaler, en guise d’argument, son parcours comme autant de titres de gloire.

Ce qui précède n’enlève rien, loin s’en faut, à la qualité de leurs analyses et bizarrement, je suis d’accord avec les deux, et le fait que Chauprade admette comme acquise la légitimité d’Israël, validant de fait le droit du sol qu’il fustige par ailleurs, prouve juste que c’est un faux-cul, mais n’invalide pas pour autant le reste de son discours.

Pour bien résumer la situation je vais schématiser ça sous forme d’histoire.

Imaginons que nous sommes dans notre maison, tout va bien les enfants dorment, on regarde TF1. Les fenêtres sont ouvertes car notre voisin monsieur Union Européenne nous interdit de les fermer et comme on est gentils on ne dit rien. Tout d’un coup, une main anonyme, jette un essaim d’abeille dans la maison.

-Soral : Il faut poursuivre le salaud qui a fait ça ! Il ne devrait pas être trop difficile à trouver car, en courant il a tombé sa kipa.

-Chauprade : On s’en fout, la priorité c’est les abeilles. Il faut virer les abeilles.

-Soral : On s’en fout. Elles sont là, on ne peut plus rien y faire. Si on les laisse tranquille et qu’on leur laisse un petit coin, certaines pourront même faire du miel et chanter la marseillaise. Il faut poursuivre l’autre salaud pour pas qu’il nous jette un autre essaim.

Chauprade : Mais il y a des gamins qui dorment ! On fait quoi si elles les piquent. Il faut virer les abeilles. On ne va pas commencer à trier entre les gentilles et les méchantes, ce sont des abeilles et elles n’ont pas vocation à vivre dans la maison. En plus je n’ai pas envie de passer le reste de ma vie, chez moi, à marcher sur la pointe des pieds pour ne pas les énerver.

Soral : Tu es un traitre, hier tu disais que tu aimais les abeilles.

Chauprade : Oui, mais dehors, dans leur environnement naturel. Je vais aller à la synagogue demander s’ils ont des fumigènes.

Soral : Ca va pas ? Ce sont eux qui nous ont envoyé les abeilles.

Chauprade : On s’en fout, la priorité c’est de virer les abeilles et si pour ça je dois m’allier avec le diable, je le ferai. Surtout que quand elles sortent butiner en Syrie, elles reviennent vachement agressives.

Soral : et tu feras quoi quand ils balanceront un autre essaim et te factureront les fumigènes ? En plus si on met des fumigènes, nous aussi on sera obligés de sortir de la maison.

Je pourrais continuer comme ça longtemps, mais le lecteur aura compris ma démarche. Au fond il est simplement question de savoir si on veut La France, ou Une France. Bien sûr l’idée d’une France immuable est une absurdité, mais il doit y avoir une continuité et si l’on arrive à une France à majorité Afro-Maghébine et Musulmane c’est qu’il y a eu une rupture de continuité.

Ce n’est pas cette France que je veux, indépendamment des qualités objectives que l’on pourra toujours reconnaître à tel ou tel individu. Je suis pour la diversité et, à ce titre, une France Blanche d’essence Catholique, comme définie par De Gaulle, même peuplée par des veaux, participe de cette diversité alors qu’un pays métissé vaguement musulman et de culture américano-hamburger supplémentaire n’apportera rien de plus à l’humanité.

A cet égard le « conflit de civilisations » qu’on nous vend est une escroquerie (surtout le s à civilisation). Si on libère la parole, supprime le droit du sol et le regroupement familial, qu’on coupe les aides sociales, les allocations, qu’on permette aux employeurs de pouvoir embaucher qui ils veulent selon les critères qu’ils veulent, si on interdit tout vêtement ou comportement religieux ostentatoire, la circoncision (avec examen médical systématique dans les écoles), qu’on oblige l’utilisation de prénoms Français et qu’on recycle les mosquées en gymnases… les rats quitteront le navire et ceux qui resteront s’intègreront sans faire de vagues. C’est extrême, mais notre survie est en jeu. En outre il existe des Pays où ces gens pourront vivre selon leurs préceptes s’ils ne sont pas contents...

Pour autant il serait vain de lutter contre la pourriture par le bas du pays sans lutter contre la pourriture par le haut et sur ce point Chauprade ferait bien de prendre Soral d’un peu moins haut.

mardi 10 juin 2014

Il n'y a pas que l'antisémitisme dans la vie


On nous bassine encore avec l’antisémitisme. Je pensais que le problème majeur de la France c’était le chômage, mais non, si l’on en croit les médias et les politiques, c’est l’antisémitisme. Le dernier chiffon rouge agité par Jean-Marie Le Pen a encore fait charger les bêtes à cornes.

En réalité, la question de l’anti-quoi-que-ce-soit  se résume à une question d’article défini ou non. Si l’on commence une phrase par LES juifs..., LES musulmans..., LES Schtroumpfs... quoi que l’on puisse dire après on a tout faux et c’est normal. A l’inverse si l’on commence la même phrase par DES juifs... ou Des musulmans... on ne peut rien nous reprocher, sauf à affirmer qu’il existe des groupes humains qui soient exempts de salauds, de menteurs, de malhonnêtes et donc supérieurs aux autres, ce qui est au minimum discriminatoire.

Toute la société et tous les groupes humains fonctionnent selon un système de pyramide avec les 1% du sommet qui siphonnent les autres et concentrent l’argent, le pouvoir et sont foncièrement pourris. Concernant les juifs qui ne représentent qu’un pour cent de la population et dont on ne devrait logiquement jamais entendre parler, ils comportent en leur sein 1% de pourriture avec une capacité de nuisance, comme tous les autres groupes. Malheureusement ce 1% de 1% représente un pourcentage à deux chiffres dans les médias, la finance et la politique, sans que cette disproportion énorme  ne choque personne à part, peut-être, Jean-Marie Le Pen. C’est pour cette raison, la chose étant, aux yeux de ces 1% de 1%, obsessionnelle, que l’antisémitisme, dont tous les chômeurs et tous ceux qui sont dans la M... se foutent royalement et qui n’est en rien responsable de notre situation économique, reste la préoccupation N°1 des médias et des politiciens.

Si la presse n’était pas là pour nous le rappeler 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, le matin au réveil on s’inquiéterait de la météo, des fins de mois difficiles, des notes des enfants à l’école, du chômage, de la pollution, de la faim dans le monde, de l’insécurité, mais certainement pas de l’antisémitisme (terme qui n’aurait par ailleurs un sens que si le 1% de 1% de la population potentiellement concernée était sémite, ce qui n’est généralement pas le cas).

Bizarrement, les musulmans, qui sont bien plus nombreux que ce que l’on essaie de nous faire croire, fonctionnent, eux, selon une autre logique et la tête de la pyramide est délocalisée dans quelques émirats, ce qui explique que bien que, dans la vraie vie, ils  constituent un pourcentage à deux chiffres, ils ne sont quasiment pas représentés dans les médias et la politique et que, quand ils le sont symboliquement, et que l’on gratte un peu, on se rend compte parfois que derrière le patronyme coloré on trouve dans les faits un juif maghrébin.

Par contre, comme ils sont nombreux, que le pourcentage de racailles reste le même que dans les autres groupes et qu’ils subissent, en outre, une pression culturelle et social(ist)e de nature à exacerber ce trait de caractère, on assiste à une nuisance émanant, ce coup-ci, du bas de la pyramide.
En résumé si on se plaint des grandes gueules du haut, on est antisémite et si on se plaint d’être agressé dans la rue ou d’être nargué par des gens dont la tenue vestimentaire est une affirmation permanente du refus de s’intégrer à notre culture et de leur volonté de la remplacer par la leur, on est raciste.

Le problème de fond vient du fait que ces deux religions dépassent le seul domaine spirituel et sont également intrinsèquement des systèmes politiques dont les préceptes et les visées sont incompatibles avec un état qui se veut laïc. Ceux, et c’est certainement la majorité, qui se sentent Français avant d’être Juif ou musulman ne sont évidemment pas à mettre dans le même sac. En raison de l’existence d’Israël et du sionisme, sont également concernés par un semblable phénomène des juifs non religieux, voire des non-juifs inconditionnels de l’état hébreu, à qui on laisse quelques miettes du gâteau.

On aurait un ministre des affaires étrangères avec la double nationalité américaine ou russe, tout le monde pousserait des hauts cris, mais nous sommes tellement conditionnés par les médias qu’on peut avoir des ministres, voire des présidents ayant dans les faits ou potentiellement (de par la loi du retour) la double nationalité israélienne (ou à la marge algérienne ou marocaine) sans que ça ne choque personne y compris quand la politique qui est menée au moyen orient va, bizarrement, dans le sens opposé des intérêts de la France.

Je suis régulièrement le blog de Jean-Marie Le Pen et il est évident que ce qu’il voulait dire c’est que par manque de temps aujourd’hui (il venait d’habiller pour l’hiver Madonna et Noah) il allait se payer une autre fournée d’artistes donneurs de leçons une prochaine fois. Il est clair, par contre, qu’au cours du visionnage avant diffusion, la chose n’a pu lui échapper, non plus qu’à d’autres, et que le fait qu’elle n’ait pas été coupée au montage est pour le moins taquin.

jeudi 29 mai 2014

Syndicons

Le chômage vient encore d’ajouter 14800 noms à sa longue liste et que font les syndicats ? Ils organisent des manifestations contre le FN.

Hollande vient d’annoncer à Bruxelles qu’il allait accélérer les réformes et la rigueur et que font les syndicats ? Ils organisent des manifestations contre le FN. 

Un FN qui a obtenu ses voix aux européennes on ne peut plus démocratiquement par ailleurs. On peut remarquer au passage que si le FN a, à ce jour, toujours scrupuleusement respecté la démocratie, les syndicats, eux, s’assoient dessus, qui plus est en son nom, sans même que ça interpelle un de ces journalistes intègres et impartiaux qui relaient l’information.

Combien de fois faudra-t-il répéter que de tous les maux qui frappent les travailleurs qu’ils sont censés défendre, aucun, absolument aucun, n’est imputable de près ou de loin au FN ? On pourrait fort logiquement en déduire que si ce n’est pas le FN, c’est certainement quelqu’un d’autre. Les syndicats cherchent-ils et dénoncent-ils ce quelqu’un d’autre ? Manifestent-ils contre lui ? Et bien non, ils manifestent ... contre le FN.

Quand la connerie devient nuisible, elle cesse d’être une excuse. Un enfant de 6 ans verrait qu’il y a un problème dans ce comportement. Si on peut comprendre l’intérêt pécuniaire des leaders syndicaux à détourner l’attention des véritables coupables, tous les moutons (de moins en moins nombreux, heureusement) qui les suivent encore ont, visiblement, perdu la faculté de penser par eux-mêmes, voire la faculté de penser tout court qui est pourtant ce qui nous différencie de l’animal.

C’est dangereux  car, lorsque des gens ont perdu leur capacité de raisonner, la seule chose qui reste est la violence, piège dans lequel le FN se garde de tomber malgré les provocations des grands démocrates syndicalistes. Ceci dit, même lorsqu'on est pacifique et non violent, si on a sous la main quelques vieilles tomates ou des œufs qui commencent à dater quand ces manifestations passent sous nos fenêtres...

lundi 26 mai 2014

Attention Danger


La victoire du FN est la preuve d’un réveil, certes tardif mais réel, de cette France profonde toujours un peu lente à la détente, mais capable, une fois lancée, de couper autant de têtes que nécessaire et de nettoyer les écuries d’Augias de toute leur fange politicienne.

Enfin se profile à l’horizon une lueur d’espoir, ce moteur puissant que les partis traditionnels sont incapables d’incarner tant ils suintent la compromission et la soumission mercenariale. Les techniques de communication apprises à SciencesPo et à l'ENA et les biais dialectiques dans lesquels ils excellent ne marchent que sur une population endormie ou peu attentive. Même avec l'appui massif des médias, c’est fini !

Hollande est cuit et il le sait. L’avantage pour lui (et le danger pour nous), c’est qu’il n’a même plus à faire semblant et, s’il n’est pas rapidement destitué par la rue, il va accélérer, en bon larbin de la finance et des intérêts atlantistes,  les réformes délétères destinées à éradiquer l’idée même de nation Française (ce qu’il appelle « les vieilles frontières »).

La première étape va être la länderisation de la France en grandes régions, ayant vocation à une large part d’autonomie, calquées sur le modèle allemand.  Cela se traduira par de nouveaux grands pôles d’attraction et l’explosion démographique de quelques grandes villes, tandis que parallèlement on assistera à la paupérisation des campagnes, au déclin des villes moyennes, à l’éloignement toujours plus grand des centres hospitaliers et des services publics... Cela entraînera aussi la disparition de la solidarité Franco-Française entre les régions pauvres et les régions « riches » qui ne voudront plus payer pour les autres  à l’instar de la Catalogne en Espagne.

La France est forte de son unité, de son espace maritime, de sa dissuasion nucléaire et de sa capacité à s’allier avec la Russie, la Chine ou les États-Unis en fonction de ses intérêts propres. Le conglomérat de régions qu’on cherche à lui substituer n’est rien d’autre qu’une opération de castration qui nous rendra incapables d’imposer quoi que ce soit à quiconque ou de nous protéger contre la volonté, clairement affichée, de la finance, de nous transformer en consommateurs apatrides et formatés ne pouvant plus prendre appui sur rien pour protéger leurs intérêts.

Nous n’avons que deux protections : la famille et le Pays. Ils sont en passe d'être détruits. Ceux qui pensent que l'Europe pourrait nous protéger sont invités à lire ceci.

C’est le contraire qu’il faut faire : supprimer les régions, ou les ramener à des assemblées informelles d’élus départementaux aux compétences limitées et spécifiques. Deux modèles sont possibles : "communes - départements - nation" ou "communautés de communes - régions - Europe". Un seul nous protège. S'il faut faire des économies dans le "mille-feuille", c'est les éléments du second modèle qu'il convient de supprimer.

Dans tous les cas, la priorité est de faire tomber ce gouvernement vendu, d'autant plus dangereux qu'il n’a plus rien à perdre, avant qu’il ne soit trop tard. Ne vous y trompez pas, ce qu’ils font, ce n’est pas de l’incompétence comme nous le vendent les médias, c’est de la trahison déguisée en incompétence.  Hollande est quelqu'un d'intelligent et pas le crétin que l'on nous vend. Même ceux qui pensent, à tort à mon humble avis, que le FN au pouvoir serait une catastrophe doivent bien réaliser que si on laisse les rennes encore trois ans à ce gouvernement, il ne restera plus rien susceptible d'être mis en danger par le FN.

De toutes parts des voix s’élèvent (Bayrou, UMP, FN, Front de Gauche et même PS...)  pour contester la légitimité de Hollande et de ses sbires. Il faut que, devant l’urgence, tous laissent tomber leurs cuisines partisanes et s’unissent (quitte à se mettre des pinces à linge sur le nez) pour obtenir rapidement que le peuple puisse décider, à la proportionnelle, comment et par qui il veut être dirigé.

Sinon, c'est la rue qui agira à leur place.

HOLLANDE DÉMISSION !

dimanche 11 mai 2014

Eurovision ... d'horreur


L’eurovision est depuis longtemps un vaste gag, mais une nouvelle étape a été franchie avec la victoire de Conchita Saucisse (Wurtz en allemand). Une espèce de truc transgenre, un peu comme un chat auquel on aurait attaché des cornes avec une ficelle pour en faire une vache.

Le problème n’est pas en soi qu’il-elle ait gagné, mais qu’il-elle ait gagné à cause de ça. Notre société n’est même plus malade, elle est agonisante ayant dépassé le point de non-retour.

Si on résume : on va bientôt avoir des enfants dont le papa 2 a changé de sexe avant d’épouser le papa 1 qui aime s’habiller en femme et qui a donné son sperme à la maman 1 qui est devenue un homme juste après l’accouchement avant de divorcer de la maman 2 qui du coup maintenant s’est remariée et partage la garde avec la maman 3 qui est juste une lesbienne ordinaire et donc presque réactionnaire.

Ces mêmes enfants débarrassés des stéréotypes de genre pourront choisir dès la maternelle s’ils se sentent plutôt fille ou garçon, ce qui n’aura de toute façon aucune importance car ils seront stériles comme un nombre croissant d’individus victimes des effets retours des contraceptifs, des antibiotiques et tranquillisants présents en cocktails dans toutes les viandes industrielles avec des additifs alimentaires divers et variés, des pollutions, de la radioactivité, des slips trop serrés, du stress et de la castration morale.

Ceux qui ne seront pas encore stériles n’auront pas le temps de procréer car ils devront cotiser 95 ans pour toucher leur retraite et ne se sentiront d’ailleurs même plus attirés par le sexe opposé, pour autant qu’ils veuillent quitter les mondes virtuels en 3D sur leur ordinateur.

Les bébés devront alors être achetés sur catalogue dans les usines à bébés qui déjà fleurissent en Inde et en Afrique. Un gros business aussi prometteur que tout ce qui tourne autour du changement de sexe et qui permettra, en outre, de réduire enfin drastiquement la population mondiale tout en supprimant les pays et les civilisations qui résistent encore un peu à la loi du marché.

C’est vrai que si, en 1789, les sans-culottes avaient eu des talons aiguilles et des implants mammaires, ça aurait été plus facile à gérer.

mardi 29 avril 2014

Tranches de vie


Chômage :
Je voulais faire faire la révision de ma voiture et je me rends compte que mon garagiste a mis la clé sous la porte, laissant ses trois employés sur le carreau. Les chiffres du chômage sont tombés, catastrophiques comme d’hab’, mais ce coup-ci c’est moins impersonnel car sur le nombre des nouveaux j’en connais 4. Peut-être qu’ils me signeront un autographe.

Éducation :
Ma fille va passer en sixième. Me remémorant mes propres souvenirs, je décide de la préparer un peu à l’algèbre et aux verbes irréguliers anglais pendant les vacances. Je vais voir les programmes et je me rends compte, effaré, que les difficultés ne seront introduites qu’en fin de cinquième. Une année pour rien pour les enfants qui suivent alors que, pour les autres, c’est trop tard pour réviser le cycle 1 de toute façon. La moitié de sa classe a des difficultés en lecture et même les « meilleurs » ne savent pas écrire sans faute. Je note au passage qu’on a viré la LV2 (Espagnol) quant au latin : quezako ?

Immigration :
J’emmène ma fille à une compétition départementale de Karaté. Devant moi, une brochette d’une quinzaine de gamins, de dos, avec leurs prénoms écrits en gros sur leur veste : « Akim, Hamid, Harzan, Abdel... », je regarde les tribunes, des foulards partout. Je rentre chez moi, je récupère la liste des participants sur internet, je fais un sondage sur les prénoms : 68%. Et je vis dans un département rural du Sud-Ouest, pas en Seine-Saint-Denis. Bon, ma fille a gagné sa médaille d’or en chocolat, c’est déjà ça.

Ukraine :
J’ai des nouvelles d’une amie qui habite Donetsk. Ils sont brimés quotidiennement par le gouvernement non élu que la France soutient. Ils ne se sentent plus Ukrainiens. Ils veulent un référendum comme en Crimée. Ils savent que les putschistes poussés par les USA et leur chiens chiens ne les laisseront pas faire mais ils iront jusqu’au bout en espérant que Poutine sera obligé d’intervenir pour les défendre. Ici on nous fait croire que le « méchant » Poutine piaffe d’impatience, alors qu’en réalité, il fait tout pour que ça n’arrive pas, le coût économique de ce rattachement étant énorme pour une Russie qui n’a pas besoin de ça.

Élections européennes :
Journée faste aujourd’hui. Je me suis engueulé avec un collègue fan  de l’UMP et, en dessert, je me suis payé un militant CGT amoureux de Mélenchon à en frôler le LGBT. Avant, ils me faisaient pitié, mais maintenant, je ne les loupe plus. La situation est trop grave : poulet à l’eau de javel, « eau de source » artificielle, OGM, bœuf aux hormones, lait aux antibiotiques et au sirop de maïs... ce sont quelques-unes des réjouissances qui nous attendent si le traité transatlantique est voté dans notre dos par le PS, l’UMP et leurs satellites. Notre agriculture sera décimée en un an. Tous ceux qui ne votent pas FN à cette élection (seul parti opposé à cet accord prévu pour 2015) sont dangereux pour notre avenir et celui de nos enfants.

Qu’on m’explique :
Hollande était à 18% au dernier sondage et aujourd’hui j’apprends qu’il perd 7 points à 21%. Plus il baisse, plus il monte. Il aurait dû faire ça avec la courbe du chômage. Est-ce qu’on peut nous prendre encore longtemps pour des cons ? Hollande est certainement sous les 10% et, ils ont beau vouloir éviter que la chose se sache, ça commence à se voir. Si vous faites partie du dernier carré de fanatiques, il vous reste encore une chance de voir la lumière, allez sur http://www.impots.gouv.fr/ et n’oubliez pas de vérifier l’estimation du montant à payer quand vous aurez soigneusement rempli votre déclaration. Si après ça vous votez encore socialiste vous n’êtes même plus un être humain au sens ou l’entendait Pascal, vous êtes juste un roseau pas pensant, ou pire, une rose.

jeudi 17 avril 2014

Pathétique


Hollande a refilé le bébé à son cerbère ibère. Du coup, l’homme est soulagé, il se sent plus léger. Il va enfin pouvoir aller inaugurer les chrysanthèmes, lancer des vannes et s’adonner, durant son temps libre retrouvé, à la promotion du scooter à trois roues, des casques intégraux et autres croissants matinaux. Il est quasiment en vacances. D’ailleurs, Valls a décidé de réunir le gouvernement, tous les 15 jours sans le président. C’est vrai qu’il doit être doux d’être le plus gradé dans la pièce et de s’imaginer Caudillo à la place du Calife.

Avec ce même ton martial qu’il a utilisé, avec le succès que l’on connaît, quand il était à l’Intérieur, pour faire peur aux délinquants et faire fuir les étrangers irréguliers, il va nous redresser le Pays, vite-fait bien-fait, et éviter le massacre annoncé des européennes. « El Blanco » sera renommé « El Miràculo » et la France, en liesse, votera massivement socialiste, ne lui en voudra plus pour avoir fait gazer quelques bébés intégristes en poussettes, pour avoir arrêté des gens pour port de T-shirt et pour avoir déclaré sa flamme à une autre nation qui n’est point, comme on aurait pu le croire, l’Espagne franquiste qui l’a vu naître, mais bien la très sainte Israël.

On comprend mieux dès-lors la priorité donnée, sur l’augmentation des cambriolages, à la lutte contre l’antisémitisme, quitte à foutre par terre la crédibilité du Conseil d’État et la liberté d’expression pour empêcher, au final, trois malheureuses représentations de Dieudonné, lequel depuis refuse du monde.
Non seulement le ridicule ne tue plus, mais il fait des présidents et des premiers ministres.

Nul doute que notre premier ministre de combat va nous imposer ses cinquante milliards de sacrifices dont on est sûrs qu’ils ne construiront ni routes, ni hôpitaux, ne nourriront personne, ne baisseront pas la dette du pays... On va tout dilapider en cadeaux fiscaux dans l’espoir, régulièrement déçu, que cela contribue à créer un hypothétique nombre indéterminé d’emplois...

La droite, laquelle n'aurait pas osé le faire, ne peut rien dire, à part que ça ne va pas assez loin et Mélenchon joue les vierges effarouchées en oubliant qu'il a appelé à voter SANS CONDITIONS pour "l’ennemi de la finance sans visage" au second tour des présidentielles.

Tant qu’à jeter 50 milliards par la fenêtre, je fais humblement remarquer que si on les répartissait entre nos 9 millions de pauvres, ça leur ferait quand même 5555 € à chacun, de quoi relancer un petit peu l’économie... quand-même !

Mais bon l’économie, c’est comme les courbes du chômage, pour les lire faut avoir fait des études et si, comme moi, vous considérez que la baisse de l’augmentation, c’est quand même une hausse, vous seriez certainement recalés à l’ENA.

samedi 12 avril 2014

Une boucherie


L’émission Des Paroles et Des Actes, consacrée à Marine Le Pen, a été une véritable boucherie et la plupart de ses contradicteurs ont été transformés en steak hachés.

Entre :
  • le chef d’entreprise favorable à l’euro tout en admettant qu’il est un frein et qui termine en clamant qu’il est pour « la mise sous tutelle » de la France par Bruxelles, 
  • le syndicaliste caricatural, frôlant l’apoplexie, qui est pour l’immigration et l’ouverture des frontières et qui parle des combats, contre les méchants patrons pour la sauvegarde de l’emploi, qu’il a menés... et perdus,
  • le chef de File UMP pour les européennes dont les arguments se résument à comptabiliser les jours de présence de Marine Le Pen au parlement Européen, à expliquer que, grâce à l’Europe, les Français aiment bien les Allemands et à conclure que son interlocutrice est trop à gauche, allant jusqu’à la comparer à Mélenchon,
  • l’autoproclamé défenseur des immigrés (terme à bannir car il fait la confusion volontaire entre ceux devenus Français, que Marine Le Pen inclut naturellement dans le terme à chaque fois qu’elle utilise ledit mot « Français », et les étrangers) qui possède un club de rugby et qui perd toute crédibilité quand il se prend en pleine face sa montre à 150 000 €,
  • Langlet, avec ses graphiques à deux balles, obligé d’admettre que la sortie de l’euro est possible,
  • Le député PS autiste qui n’écoute rien et coupe la parole quand on essaie de lui répondre, venu pour vendre son bouquin anti-FN qu’il n’arrive apparemment pas à écouler en dépit des 3€ indiqués sur la couverture et qui se prend à la fin un uppercut magistral...
J’en oublie car c’est trop fatigant de compter les cadavres.

Autant dire que j’ai passé un bon moment. Comme d’habitude Marine Le Pen a été trop interrompue pour pouvoir expliquer techniquement son projet et mettre en avant sa cohérence, ce qui, comble de malhonnêteté, lui a été reproché, mais elle a pu, au moins, expliquer sa vision et son idée de la France, ce qui est un grand progrès. Quand à Pujadas, il est presque redevenu un journaliste et ça risque de lui coûter cher.

Je remarque quand-même, car on peut aimer sans vénérer, que pour des raisons que j’espère tactiques, elle ne parle plus depuis longtemps de la loi de 73 et de cesser d’emprunter sur les marchés alors que, durant cette émission, de multiples occasions lui ont été données. Sans cet aspect, pour le coup, son programme manquerait de cohérence et, si l’on considère qu’elle n’a pas non plus répondu à la question de savoir pourquoi elle n’attaquait jamais les actionnaires, elle devient vulnérable à certaines critiques.

De plus, pourquoi alors qu’elle parlait de Peugeot ne pas avoir parlé de la décision politique (à la demande des USA) de cesser de vendre à l’Iran les 450 000 véhicules annuels que ce Pays achetait à l’entreprise Française et qui est la véritable cause de ses problèmes financiers ? Elle en avait pourtant déjà parlé par le passé. C’est d’autant plus dommage que le responsable syndical présent sur le plateau l’avait, si ma mémoire est bonne, évoqué lui aussi, une seule et unique fois, durant une interview (avant, certainement, de se faire taper sur les doigts et de revenir au discours classique sur la vilaine famille Peugeot).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Il s’agit d’une victoire totale, confirmée par le quasi mutisme de la presse du lendemain sur le sujet. Les européennes s’annoncent bien.

mercredi 2 avril 2014

Bienvenue sur le Titanic


J’ai bien rigolé à l’annonce du remaniement. Il est vrai que pour les socialistes la situation était intenable : obligation de faire quelque chose face à l’hécatombe électorale des municipales, tout en sachant pertinemment que le véritable massacre les attend aux européennes.

Ce « nouveau » gouvernement « de combat », sans Stallone ni Schwarzenegger, est une charrette  qui va, résignée, à la guillotine. Les verts, bien inspirés et fins tacticiens, si l’on considère leur scandaleux ratio nombre d’élus/nombre d’électeurs, ne s’y sont pas trompés. On a donc été obligés de reprendre les mêmes, de secouer le tout et de rajouter une Ségolène grillée sur le retour laquelle n’a plus grand-chose à perdre.

Les seules bonnes nouvelles sont que Valls, qui n’a pu s’empêcher de happer l’asticot au bout de la ligne tellement son ambition le tenaille, va sombrer à pic avec le navire et que, visiblement, Farida Belghoul et sa dénonciation de la théorie du genre ont eu la peau de Vincent Peillon qui a fait perdre au PS le vote musulman en voulant transformer les petits garçons en petites filles.

Il y a gros à parier que pendant ce temps, on va voir se créer un conglomérat bancale, à la gauche de la gauche, constitué de tous les rats qui, après avoir soutenu et fait élire, contre les intérêts des gogos qui les suivent, notre amateur de scooter national, quittent le navire avant qu’il ne sombre. Ils vont en profiter au passage pour s’acheter une virginité et tenter de sauver encore un peu le système en s’efforçant de déplacer sensiblement plus à gauche la fausse ligne de fracture « droite / gauche » histoire d’embobiner les crétins, encore trop nombreux, qui n’ont toujours rien compris et d’éviter qu’ils ne tombent dans l’escarcelle du FN.

Je sais qu’entre la télé, l’éducation nationale, la presse... on peut trouver quelques excuses à ceux qui ont subi plusieurs décennies de lavage de cerveau, mais pour continuer à voter PS quand chaque jour nous apporte des chiffres qui, même trafiqués, n’arrivent plus à cacher l’accélération de notre descente  vers l’abîme et que le mot d’ordre est de maintenir le cap, il faut quand même avoir des prédispositions sérieuses pour la boboitude.

Quant aux poissons rouges amnésiques qui votent UMP, parti qui n’a même pas pris la peine de proposer (et pour cause) un projet alternatif et qui a creusé ce trou abyssal qu’Hollande, ayant atteint le fond, continue avec enthousiasme de percer à la dynamite, ils méritent simplement des baffes.

Les victoires de l’UMP aux municipales sont d’ordre technique, une mécanique qui ne jouera plus aux européennes et, par anticipation, les instituts de sondage, lesquels se sont plantés magistralement sur les scores FN aux municipales, recommencent la même tactique en donnant subitement l’UMP devant le FN dans l’espoir, au dépend de leur crédibilité, d’influencer ceux qui vont dans le sens du vent et de provoquer ce qu’ils prédisent.

Ça ne marchera pas.

dimanche 23 mars 2014

Et pan! dans l'œil.


Cette victoire du premier tour de Steve Briois est extrêmement symbolique car elle est la preuve que le FN, tout seul, peut faire les 50% + une voix qu’il prétend être en mesure d’atteindre depuis longtemps, sous les quolibets des Apathie et autres serpents journalistiques. Il incarne donc, de manière incontestable, une alternative crédible à ce bipartisme présenté comme une fatalité et qui clame que des alliances d’appareils (lesquelles obligent à faire des compromis et à se renier), sont obligatoires pour gagner. Pour le « système », cette victoire est une catastrophe dialectique.

Si, en outre, les municipalités conquises sont bien gérées, et il y a fort à parier qu’elles seront exemplaires, toute la rhétorique anti FN va se casser la figure.

De plus avec des têtes de liste comme Briois, Rachline, Collard... le FN ne peut être suspecté ni d’homophobie, ni d’antisémitisme, ni même d’anti-maçonnerie primaire. Mais, pour les mêmes raisons, on peut aussi déplorer que le pourcentage, au sommet, de ces minorités (qui constituent 3 des lobbies les plus puissants qui pèsent sur le pouvoir) soit encore une fois, au FN comme ailleurs, sans commune mesure avec leur poids réel dans la population.

Sans remettre en cause la valeur et la sincérité des candidats, chat échaudé craint l’eau froide. Le « système » a plus d’un tour dans son sac et des méthodes bien rodées. N'y-a-t-il donc pas, en France, d’hétéros, d’ascendance catholique et non adhérents à une société « secrète » capables de faire de la politique ? La réponse est un peu dans la question car il est vrai que, pour faire de la politique politicienne et passer le filtre des médias, il faut probablement être un peu tordu et pervers. Intrinsèquement, notre paradigme démocratique n’est pas sain et, de fait, en attendre un salut quelconque est pour le moins... naïf.

Mais c’est ça ou un bain de sang et, comme il reste, sur le papier, encore un petit espoir qu’une autre politique soit menée, devant l’alternative entre une catastrophe UMPS certaine et une catastrophe FN supposée, je choisis la seconde, par simple bon sens. Simplement, je reste vigilant car certains des ingrédients du brouet amer et peu ragoûtant qu’on nous force à avaler depuis 40 ans sont déjà sur la table du nouveau cuisinier.

En attendant, les mines déconfites de certains des parasites du PAF suffisent, à elles seules, à me procurer une satisfaction que je ne vais pas bouder. Demain est un autre jour et aujourd’hui a certainement été une victoire qu’il convient de célébrer : en dépit du bourrage de crâne médiatique et du lavage de cerveau effectué par l'éducation nationale, une partie conséquente de la population commence, contre toute attente, à réfléchir.

vendredi 21 mars 2014

Raisonnons par l'absurde

Source image:http://absurde.over-blog.net/article-question-absurde-de-la-semaine-116806097.html

L’ensemble de la classe politique pousse des cris d’orfraie en évoquant la catastrophe que ce serait si le FN venait à arriver au pouvoir. Je veux bien, mais il convient d’abord d’examiner les conséquences si le FN n’arrive pas au pouvoir :

  • Allongement incessant de l’âge de la retraite
  • Augmentation des impôts
  • Baisse des prestations sociales
  • Baisse des retraites
  • Limitation des libertés individuelles (multiplication des lois type Gayssot, référendums impossibles à organiser et verrouillés par le parlement, multiplication des lois sociétales, racket automobile, justice partisane...)
  • Augmentation de l’immigration et continuation du remplacement de population.
  • Perte de notre identité
  • Pillage légal des comptes bancaires
  • Suivisme suicidaire des États-Unis
  • Guerres incessantes où nos soldats se font tuer pour défendre des intérêts qui ne sont pas ceux de la France.
  • Anéantissement de nos possibilités de défense
  • Démantèlement des services publics
  • Vente à la découpe du patrimoine
  • Destruction de notre industrie
  • Destruction de notre agriculture
  • Dégradation de notre système de santé
  • Perte de notre autonomie alimentaire
  • Augmentation exponentielle de la dette
  • Augmentation constante du chômage
  • Effondrement du niveau scolaire
  • Explosion de l’insécurité
  • Scandales et magouilles à répétition
  • Perte de notre souveraineté
  • Privatisation des bénéfices et mutualisation des dettes

Cette liste est loin d’être exhaustive, et il ne s’agit, pour le coup, aucunement de suppositions, mais de faits avérés et incontestables quand on est de bonne foi. Personnellement, si j’ai peur de quelque chose c’est que ça continue.

Mais bon, raisonnons par l’absurde : même si (et il s’agit d’une comparaison tout à fait ridicule) Marine Le Pen était la version peroxydée d’Hitler que certains mous du bulbe agitent, la haine dans le regard et la bave aux lèvres, il ne faut pas quand même oublier qu’avant de prendre un mauvais virage, ce dernier avait complètement redressé une Allemagne exsangue et était admiré par tout l’occident (roi d’Angleterre, Winston Churchill, le jeune JFK etc.). Même dans ce cas-là donc, à court terme en tout cas, ce serait mieux que l’anéantissement qui nous attend avec l’UMPS. Il est regrettable, au passage, que l’on ait jeté le bébé avec l’eau du bain et discrédité définitivement, pour le plus grand bénéfice du capitalisme, le patriotisme et des options économiques et sociales intéressantes en même temps que l’idéologie malade concomitante.

En outre, comme la France est pays de brassage de populations et « d’Untermenschen », pour lequel tonton Adolphe avait le plus profond mépris, la folie furieuse prônant la supériorité d’une race sur les autres (comme c’est le cas, et c’en est presque drôle, en Israël) n’y a absolument pas de sens.
De plus, les NAZIS ont été dès le début un parti organisé en structure militaire et disposant de milices d’intervention en uniforme (comme aujourd’hui les antifas) et ils étaient SOCIALISTES. Pour savoir une fois pour toutes de quoi on vous parle, lisez « Mein Kampf » et vous comprendrez le ridicule complet et la malhonnêteté de la comparaison.

Le FN a des solutions pour tous les problèmes évoqués. Est-ce que ce sont les bonnes solutions ? Sur le papier c’est plausible ; et c’est en tout cas intellectuellement, humainement et économiquement cohérent au point que les mesures proposées sont indissociables les unes des autres pour que le projet tienne. C’est d’ailleurs pour cela que les détracteurs s’évertuent à les examiner une par une pour les décrédibiliser. Il est vrai aussi qu’à force de gouvernements qui prennent des mesurettes de rafistolage le nez sur le guidon et l’œil sur les sondages, on a perdu cette notion même de vision globale et de cap que le FN ressuscite.

Arrêtez de vous faire manipuler. Regardez dans quelle merde vous êtes et demandez-vous qui vous y a mis. Si vous pensez que c’est le FN, allez sur le site du Front de Gauche, vous y serez bien. Dans les autres cas vous savez ce qu’il vous reste à faire.

jeudi 20 mars 2014

Bonne affaire


Un sondage annonce la victoire du candidat FN à Hénin-Beaumont dans tous les cas de figure. Il n’en faut pas plus pour que le repris de justice qui nous tient lieu de premier sinistre en appelle à un sursaut républicain. Encore une fois : le FN n’est pour rien dans toutes les calamités qui frappent notre Pays et face auxquelles Jean-Marc Ayrault a gardé sagement au fourreau ce glaive vengeur qu’il brandit soudain devant la « menace » frontiste.

Si le FN est bien une menace, ce n’est pas pour les électeurs mais pour le business de ceux qui se gavent et se contentent tous les 6 ans de ressortir leurs promesses de la naphtaline.
Car il ne faut pas se leurrer, en dehors des toutes petites communes dont personne ne veut, la place est bonne. Sinon les candidats ne s’écharperaient pas avec la dignité de charognards sur un intestin de gnou pétomane, enchainant les coups bas, les mensonges et les délations avec autant d’états d’âme qu'un Cahuzac bien arrosé devant un compte en suisse.

Quand on a réalisé que l’on va toucher mensuellement un « petit » pécule, que l’on pourra facilement négocier un pourcentage sur les « menus » travaux, placer les membres de sa famille, et qu’un certain nombre de femmes (ou de jeunes éphèbes) en quête d’une place à la mairie, d’une promotion, d’une aide, seront beaucoup plus ouvert(e)s (au sens propre et figuré) ou plus facilement contraint(e)s à le devenir, le sens civique et le désir de servir ses concitoyens s’en trouve, de fait, d’autant plus stimulé.

Plus le budget augmente plus les possibilités suivent : voiture de fonction, chauffeur, subventions aux copains, cadeaux de remerciement, logement, frais de bouche, de représentation, voyages et surtout pléthore de personnel administratif pour faire le vrai travail à sa place…

Il est clair que le FN compte faire des mairies qu’il pourrait conquérir des vitrines destinées à prouver son efficacité, sa probité et sa bonne gestion. Contrairement aux élus UMPS qui ne sont soutenus par leurs partis que pour la durée des élections et qui, ensuite, font ce qu’ils veulent dans leur fief, les municipalités FN seront scrutées par les médias et l’appareil du FN lui même qui leur fournira toute l'aide technique nécessaire, ce qui les condamne à l’excellence (au moins jusqu'en 2017). 

C’est donc, pour les électeurs, la meilleure affaire du moment.

mercredi 19 mars 2014

Comment voulez-vous être optimiste ?

Source de l'image : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Pourquoi-l-ecologie-est-absente-de-la-presidentielle-_EP_-2012-04-03-784542

Voilà qu’une étude de la NASA annonce la fin de notre civilisation. Le plus marrant c’est qu’il aura fallu un algorithme sophistiqué et la mobilisation d’une équipe de scientifiques pour conclure ce que n’importe qui peut constater en mettant le nez à la fenêtre. Je dirais même qu’ils se sont trompés en confondant « Fin de la civilisation » avec « Fin de l’humanité ». Quand on assiste à la surexploitation de ressources non renouvelables par une population en croissante expansion et que cette exploitation pollue irrémédiablement les éléments indispensables à la vie (l’air, l’eau, la terre) à un rythme exponentiel l’issue ne fait aucun doute ; surtout si on ajoute un brin de Fukushima et la diminution drastique du taux de spermatozoïdes dans la population mâle.

Est-ce qu’il faut paniquer pour autant ? J’ai retrouvé de vieilles revues scientifiques datant des années cinquante qui prévoyaient la fin du monde pour dans vingt ans, puis des revues des années soixante qui prévoyaient la fin du monde pour dans vingt ans, puis... En résumé, c’est toujours pour dans vingt ans. Le trou dans la couche d’Ozone qui devait tous nous tuer il y a vingt ans s’est apparemment rebouché, le H5N1 a tué moins de monde que la grippe ordinaire ou le vaccin censé le combattre, j’attends avec impatience l’issue du « réchauffement climatique »... mais devant la constance admirable de l’humanité à scier la branche sur laquelle elle est assise, je ne désespère pas d’assister, de mon vivant, à cette fin du Monde si souvent annoncée, même si j’admets qu’il doit être frustrant de ne pas pouvoir dire après : « j’y étais ! » !

Il est certain que comme dirait Dieudonné il est naïf de croire qu’on va s’en tirer avec un tri sélectif et trois éoliennes (même si je vous encourage vivement à recycler). Il ne sert à rien de faire des efforts individuels si nos politiques sous influence continuent à prendre des décisions qui les anéantissent et qui conduiront à voir pousser une centrale nucléaire ou un champ d’OGM à côté de vos plans de tomates bios rendus, de surcroît, illégaux par Bruxelles.

Même s’il est bon de prendre conscience de nos responsabilités individuelles de par nos habitudes quotidiennes souvent déplorables, il est impératif, avant tout, de faire un grand ménage dans nos instances politiques. Pour l’instant la seule possibilité pour amorcer ce mouvement reste le vote FN lequel développe de plus en plus une réflexion vers une écologie nouvelle qui n’est possible que sous réserve de récupérer une liberté de décision à laquelle tous les autres partis (les verts en tête) ont depuis longtemps renoncé.

Question de survie

Source dessin :http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/04/13/pourquoi-la-france-sera-islamisee/
Je viens de lire un article qui fout les chocottes et qui raconte le déferlement, ce mardi, de hordes d’émigrants sub-sahariens sur le poste frontière espagnol de Melilla, un bon demi-millier ayant réussi à passer en force. On apprend en outre que les assauts, de plus en plus violents, se multiplient et que des dizaines de milliers de désespérés se massent près de Melilla et Ceuta. Il ne s’agit pas d’un communiqué du Front National, mais d’une dépêche AFP reprise par le Nouvel Observateur (encore un stagiaire qui va se faire engueuler).

Concernant les Roms, un article de Slate.fr, sensé expliquer que l’invasion n’aura pas lieu, évalue leur nombre à 20 000 en France mais avance sans sourciller 750 000 pour l’Espagne (en pleine catastrophe économique) et 150 000 pour l’Italie (qui ne va pas mieux). Dans ces conditions, seulement 20 000 en France, c’est presque vexant.

Pendant ce temps, on ne parle même plus de «°l’invasion°» magrébine, qui se poursuit à la fois par l’extérieur par le biais des entrées légales ou non et par l’intérieur par le biais d’une natalité importante au sein d’une population non assimilée produisant, à de rares exceptions près, une descendance en rapport, laquelle à la quatrième ou cinquième génération, parle toujours arabe à la maison, maintien des codes vestimentaires allogènes et idéalise un pays étranger avant le sien. Une France dont, en dépit du travail de gens comme Alain Soral, victime du bourrage de crâne de SOS racisme et consorts, elle continue massivement à détester la population.

Il existe plein de pays africains, arabes, musulmans lesquels ne sont nullement menacés compte tenu de leur croissance démographique, par contre il n’existe qu’une France «°de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne°» pour reprendre les mots du Général de Gaulle. Quel intérêt pour l’humanité que la France se mue en un pays afro-maghrébin, musulman et de sous-culture Mac Donald de plus ? Ce qui reste de notre identité ne mérite-t-il pas d’être préservé ?

Les bonnes âmes qui s’apitoient sur la misère du Monde juste parce qu’ils la voient et qu’ils n’ont pas directement à en supporter les charges et les désagréments (alors qu’ils s’en foutent comme de leur première chemise quand la chose se passe ailleurs) sont d’une hypocrisie sans nom. Surtout quand ils traitent ceux qui essaient de sauver l’identité de leur pays de racistes ou de xénophobes.

Au-delà d’un certain pourcentage, dont le chiffre est déjà largement atteint, c’est l’alchimie du pays qui est menacée : ce mélange de fainéantise latine, de sens du devoir catholique, d’esprit cartésien traditionnel et d’iconoclasme laïc qui a contribué à ce génie français tant vanté. Ce mix unique qui explique qu’en travaillant peu - ce que nous reprochent des crétins politiques idolâtres de cultures qui ne sont pas la nôtre et qui, eux, ne font carrément rien (à part d’ouvrir leur gueule) - nous avons quand même la plus forte productivité du monde et que nous sommes à l’origine (même si nous en avons été souvent spoliés) des plus grandes inventions : de l’ordinateur, à la carte à puce, en passant par le journal imprimé, la transfusion sanguine, l’automobile, l’imperméable, le parachute, le crayon, la photographie, le cinéma, la machine à coudre, les allumettes, le réveille-matin, le béton armé, la pasteurisation, l’extincteur, la moto, l’hélicoptère, le sèche-cheveux, le soutien-gorge, le tube au néon, le radar, etc.

Sans un arrêt brutal et immédiat de l’immigration, un encouragement de la natalité « française » et des accords avec les pays du Maghreb et de l’Afrique pour favoriser leur développement tout en encourageant une politique de retour des populations qui le souhaitent, il n’y aura bientôt plus de spécificité Française. Plus de troisième voie diplomatique pour contrer, quand c’est nécessaire et en jouant sur les alliances et les équilibres, l’hégémonie « Américaine », les appétits chinois etc. Une voie (voix) dont un monde au bord de la troisième guerre Mondiale aurait bien besoin.

Il ne faut pas pour autant perdre de vue que cette situation n’est pas le fait des immigrés lesquels ne sont pas l’ennemi, simplement, comme nous, des victimes de la trahison des politiques vendus à une idéologie mondialiste mortifère. Politiques contrôlés par des réseaux opaques et des lobbies interconnectés le tout formant une pyramide dont le sommet capte toutes les richesses et dont les plus hauts placés dans la chaine alimentaire sont tous des fous mégalomanes, des pervers ou des fanatiques religieux quand ce n’est pas les trois à la fois.

Je ne dis pas que voter FN va permettre de changer la donne, on peut juste l'espérer, mais voter pour les autres, c'est carrément se tirer une balle dans le pied.

mardi 18 mars 2014

Où sont les sondages ?


Généralement à l’approche des échéances électorales, on croule sous les sondages comme un chien hémophile sous les puces, mais là, il faut les chercher dans les pages intérieures et ils sont absents des dépêches AFP alors que nous ne sommes qu'à quelques jours du vote. Il est vrai que cette fois l'exercice est difficile surtout quand il faut faire une synthèse nationale. Gonfler un petit peu un sondage peut certes orienter l’opinion dans une certaine direction et faire gagner les quelques pour cent qui font la différence, les gens aimant aller dans le sens du vent, mais quand les pourcentages sont trop élevés pour pouvoir être bidonnés sans que cela se voie, il n'y a plus grand chose à faire que se montrer discret afin d'éviter d'accentuer encore la déchéance des uns et la progression des autres.

Il y a donc fort à parier, au vu de cette discrétion, qu’en dehors de quelques baronnies solidement établies, se profile à l’horizon une claque pour le PS (au moins en pourcentage), que l'UMP ne progressera pas assez pour rouler des mécaniques et que le Front National va littéralement exploser (même si cela ne se traduira pas forcément en mairies conquises). Même chez ceux qui, lavage de cerveau médiatique oblige, restent coincés dans la phase « diabolisation » du « FHaine », les affaires à répétition et la constatation que l’eau qui leur arrivait aux mollets monte dangereusement vers leurs parties génitales devrait au moins entrainer une abstention importante, augmentant mécaniquement les scores d’un parti dont les partisans sont plus motivés que les autres.

Pourquoi cette motivation, au fait ? Tout simplement parce qu’ils sont porteurs d’un projet, chose dont l’UMPS s’avère incapable, et aussi d’un espoir. C’est le seul mouvement qui tourne le dos à l’individualisme forcené (prôné par un capitalisme qui divise pour mieux régner) et recrée autour de la patrie et de la famille les solidarités indispensables pour survivre au cours des années difficiles qui s’annoncent. Il est remarquable de voir de quelle façon ces valeurs « famille, patrie » ont été malhonnêtement discréditées en les associant systématiquement avec Vichy, un peu comme si le fait que Pétain ait aimé le camembert rendait ce dernier incompatible avec la république.

Au contraire, le PS, de par ses attaques répétées contre la famille (sociétales, fiscales, symboliques...) et son mépris affiché de la patrie (qualifiée de « vieilles frontières » par Hollande à l’occasion de ses vœux) est à la botte complète du capitalisme. Le haro sur la Russie et la Crimée qui ont commis l’horrible crime de se référer à ces valeurs blasphématoires, confirme dans quel camp se trouve le PS (et l’UMP avec lui).

Pour le coup, dans les partis du système, et c’est tellement rare que cela mérite d’être souligné, seul Mélenchon, qui sent que, faute d’un peu d’honnêteté de temps en temps, il risque de perdre les quelques militants qui lui restent, se permet le luxe d’une analyse pertinente sur la situation en Ukraine. Perdu pour perdu....

Il n’en demeure pas moins que le FN n’a pas réussi à monter des listes partout et que même si le nombre atteint est déjà un exploit, il ne permettra pas le raz-de-marine nécessaire à faire sauter toutes les digues; d’autant plus que le mode de scrutin le désavantage considérablement, ce qui pourrait freiner l’élan pour les Européennes qui sont l’élection clé qui peut tout changer. Il convient donc de voter et surtout de rester motivé quoi qu’il arrive.

dimanche 16 mars 2014

Ukraine


J’ai fait plusieurs séjours en Ukraine dans le cadre de la coopération Internationale et, sans prétendre que cela fait pour autant de moi un spécialiste, j’ai pu parcourir le pays de long en large et constater de visu à quel point on leur a fait malhonnêtement miroiter la perspective d’une adhésion à court terme à l’union Européenne. De leur côté, ils fantasmaient tout aussi illusoirement sur la pluie d’euros qui allait se déverser sur leur misère.

Culturellement, il faut bien comprendre que la langue ukrainienne c’est, en gros, du russe auquel on a changé la graphie de quelques voyelles (и et ы deviennent i et и) et quelques mots ("tak" et "nie" au lieu de "da" et "niet" pour "oui" et "non"). En outre l’ukrainien parlé à l’ouest emprunte beaucoup de vocabulaire à la Pologne contrairement à l’ukrainien parlé à l’est. Il en résulte que c’est le russe qui est parlé quasiment par toute la population et que tout le monde comprend et non l’ukrainien (certaines régions ne le parlent pas du tout). Donc même les Ukrainiens les plus allergiques à la Russie sont « russophones ». Il y a peut-être des origines ethniques différentes selon les régions, mais il n’y a pas de fracture culturelle contrairement à ce que les médias essaient de nous vendre quand ils nous parlent de la « partie russophone ».

Les Ukrainiens se foutent royalement de l’Europe et quand ils auront compris qu’on leur a menti et qu’ils n’ont rien à gagner de ce côté-là, les plus réfractaires réaliseront certainement qu’il est plus facile de se tourner vers un partenaire qui n’a plus rien à voir depuis longtemps avec l’URSS et avec lequel ils partagent la langue et l’histoire que vers cette construction hétéroclite qu’on nomme l’Union Européenne. Un agglomérat construit sciemment de telle façon qu’il ne pourra jamais devenir une puissance politique et devra de fait, par le biais de l’OTAN, rester jusqu’à sa fin, que j’espère proche, sous la coupe des Etats-Unis (eux-mêmes sous la coupe de ...) et prendre en permanence des décisions qui vont à l’encontre des intérêts de ses populations.

Quand j’écris ces lignes j’ignore le résultat du référendum en Crimée, mais franchement un score à moins de 80% en faveur du rattachement à la Russie m’étonnerait beaucoup. Pas à une contradiction près, les médias main Stream reconnaissent que ce référendum est une formalité, mais ne peuvent s’empêcher de suspecter à l’avance des irrégularités dans le scrutin et des bourrages d’urnes. Quel intérêt ?

Encore une manipulation pour nous convaincre que tout ce qui touche à la Russie est forcément pourri. Un discours dont la validité s’effriterait si deux millions de personnes décidaient librement de rejoindre cette horrible dictature laquelle laisse pourtant ses opposants défiler dans la rue comme n’hésite pas à le relever sans sourciller la presse (sous le titre « Les Russes manifestent contre... ») à chaque fois que mille personnes (à ramener en pourcentage à la population de la Russie) déambulent sous un prétexte ou un autre.

Pareil pour le Venezuela, pays dont le système électoral est, de l’avis unanime de tous les observateurs envoyés sur place, un des meilleurs du monde et totalement infalsifiable (contrairement aux machines à voter américaines) et dont on soutient pourtant sans nuances les manifestations contre un pouvoir massivement et démocratiquement élu. On ne fait pas non plus les gros titres sur le fait que les premiers morts dans les camps des pros et des contres qui ont envenimé la situation proviennent bizarrement de la même arme. Un excellent article ici pour comprendre la situation et l’étendue (preuves édifiantes à l’appui) des manipulations.

Globalement, tout le monde se fout de la démocratie et ce qui a été applaudi hier au Kosovo est condamné aujourd’hui en Crimée par les mêmes. Ce qui m’inquiète ce n’est pas tant le résultat du vote que le prétexte qu’il représente, compte-tenu des intérêts géostratégiques énormes en jeu, prétexte suffisant pour déclencher un conflit aux conséquences qui seraient catastrophiques.

Jetez la télé


Naïvement, j'avais dans l'idée de faire un billet quotidien en rapport avec les municipales que j'imaginais devoir générer une information foisonnante. Apparemment, la presse et les médias ont d'autres chats à fouetter. Ils sont notamment occupés à essayer de sauver leurs fesses.

La presse quotidienne est en quasi-faillite et ne survit que grâce aux subventions allouées par un système que, du coup, il lui est de plus en plus difficile de critiquer, critique faute de laquelle elle perd encore davantage de lecteurs (lesquels ont du mal à croire que tout va bien quand ils sont au chômage)... cercle vicieux.

On a déjà Belkacem, livrée en kit grâce à nos impôts, comme porte-parole du gouvernement, on ne va pas en plus payer le Monde et Libération. A quoi bon autant de journaux qui disent tous la même chose ? Subjectivité à tous les étages, sur le FN, Poutine, Dieudonné. Mensonges sur l’Ukraine, la Syrie, l’immigration, Meric, manif pour tous, théorie du genre...

Même cause (payés par le système) mêmes effets, les journaux télévisés périclitent, signe que les gens ont compris. A force d’interviews et reportages bidonnés, ils se tournent vers Internet pour avoir plusieurs sons de cloches (même si, au gouvernement, c’est déjà Pâques tous les jours).

Le problème est que dans beaucoup de cas, il s’agit d’une prise de conscience intuitive. La sensation confuse d’avoir parfois du mal à s’asseoir après. On évite donc instinctivement les grosses ficelles, mais faute de réflexion plus poussée, on se prend quand même le deuxième effet « Kiss Cool ».

La deuxième étape dans cette réappropriation des neurones qui s’ébattent entre nos deux oreilles, serait de prendre conscience que le bourrage de crâne ne passe pas que par l’information. Il y a aussi toutes ces émissions de m... contribuant à nous mouliner le cerveau. La fin de « l’émission pour tous » de Ruquier, les désabonnements massifs de Canal+, sont autant de pas dans la bonne direction, mais le succès persistant de « plus belle la vie » qui, insidieusement, présente une vision biaisée de la réalité, pour valoriser l’immigration, la drogue, l’homosexualité, les unions mixtes (et libres)... atteste que beaucoup de chemin reste encore à parcourir.

Ajoutez-y la publicité, et vous verrez que rien de bon ne sort plus de votre écran même plus cathodique. S’il est muni de la connectique idoine connectez-lui un PC, sinon jetez-le, vous économiserez la redevance et redécouvrirez peut-être le plaisir de la lecture ou des discussions en famille.